• Actualités
  • #Innovation : retour sur les anciens lauréats du prix de l’innovation 1/3

#Innovation : retour sur les anciens lauréats du prix de l’innovation 1/3

29 avril 2019
#Innovation : retour sur les anciens lauréats du prix de l’innovation 1/3

Il y a deux ans, ils ont gagné le Prix de l’Innovation et du Développement Durable, rebaptisé, depuis, Grand prix de l’innovation. Curieux de savoir ce qu’ils sont devenus, nous sommes allés à leur rencontre. [Témoignage]

 

La Caf de Seine-Maritime, lauréate dans la catégorie « Développement durable », avec le projet «En route vers la mobilité douce : covoiturage» 


« Vous avez remporté le Prix de l’innovation et du développement durable 2017 dans la catégorie « développement durable », pouvez-vous nous rappeler en quelques mots quelle était votre démarche ? ».

Le projet « En route vers la mobilité douce : covoiturage » est né de la volonté de notre organisme d’optimiser les déplacements professionnels. Notre bilan carbone 2014 a révélé que les déplacements représentaient 37% de nos émissions de gaz à effet de serre. Avec la création de la Caf départementale, et son organisation multi-sites, nous étions 700 agents répartis sur 4 sites. Les déplacements professionnels étant en augmentation, 72 % des agents ont manifesté leur intérêt pour le covoiturage, à condition que l’employeur mette en place un outil adapté. 

Nous avons donc lancé notre site de covoiturage en septembre 2014, en incluant les trajets domicile-travail. Il permet d’identifier les voitures et chauffeurs disponibles et de réserver une voiture en moins de cinq minutes. Les agents susceptibles de se déplacer au cours de leurs missions ont été formés pendant une semaine. Le site a été rendu obligatoire pour tout déplacement professionnel, faisant entrer le covoiturage dans les usages.
En 2016, nous recensions 44 trajets domicile-travail ; 126 places de parking sur le site de Rouen ; et un parking de covoiturage de 12 places qui permettait de faire l’interface entre les différents trajets. Fin 2016, nous dénombrions 293 inscrits et 120 équipages constitués. Avec deux passagers en moyenne par véhicule, le dispositif avait permis d’économiser 6 900 kilomètres, 1 500 euros de carburant et de péage et 4,122 tonnes de Co2.

Parallèlement, en partenariat avec deux organismes normands de sécurité sociale (Urssaf, Carsat), le Pôle Emploi et le Centre hospitalier universitaire (Chu) de Rouen nous avons initié une expérimentation de 3 ans visant à mutualiser les flottes automobiles et à faciliter le covoiturage inter-entreprises. Cette démarche a été conventionnée et financée par l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) de Haute-Normandie.

 

« Deux ans après l’obtention du prix, quel bilan en tirez-vous et quelle suite a été donnée à votre projet ? » 

L’expérimentation avec l’Ademe s’est achevée en mars 2019, sur une note positive. Le CHU de Rouen poursuit son adhésion au projet de covoiturage pour la partie domicile-travail. Mais l’Urssaf et le Pôle Emploi ont décidé de mettre fin à l’expérimentation suite au mécontentement de certains utilisateurs. Quant à la Carsat, elle a souhaité entamer sa réflexion sur son Plan de Déplacement D'entreprise (PDE) avant tout engagement.

De manière générale, le projet « En route vers la mobilité douce : covoiturage » a été très constructif pour la Caf de Seine-Maritime. Notre organisme continue d’utiliser l’outil de covoiturage professionnel. D’ailleurs, depuis novembre 2018, une nouvelle version du site permet une meilleure visibilité des réservations en amont et aval (identification instantanée du conducteur et du trajet sur le jour et la semaine concernée).

Du point de vue des agents, cet outil comporte une réelle valeur ajoutée. Il apporte de la convivialité et permet de minimiser le stress et la fatigue. Du point de vue de l’employeur, il a permis d’enrayer la saturation du parc automobile, et d’en garantir une meilleure gestion. Les partenariats avec d’autres organisations ont participé à la modernisation de l’image de la Caf de Seine-Maritime. Enfin, le projet s’appuie sur les trois piliers du développement durable qui sont : l’environnemental, l’économique et le social.