• Actualités
  • #Innovation : retour sur les anciens lauréats du prix de l’innovation 2/3

#Innovation : retour sur les anciens lauréats du prix de l’innovation 2/3

30 avril 2019
#Innovation : retour sur les anciens lauréats du prix de l’innovation 2/3

Il y a deux ans, ils ont gagné le Prix de l’Innovation et du Développement Durable, rebaptisé, depuis, Grand prix de l’innovation. Curieux de savoir ce qu’ils sont devenus, nous sommes allés à leur rencontre. [Témoignage]

 

Le Régime social des indépendants Aquitaine, lauréat dans la catégorie « Innovation en matière d’optimisation de la performance publique avec le projet «Pari – Programme d’Actions pour une Retraite Indépendante»

 

«Vous avez remporté le Prix de l’innovation et du développement durable 2017 dans la catégorie « Innovation en matière d’optimisation de la performance publique », pouvez-vous nous rappeler en quelques mots quelle était votre démarche»

PARI est le Programme d’Action pour une Retraite Indépendante que nous avons construit. Il répond aux objectifs de prévention de la COG 2016-2019 du RSI et de la loi d’adaptation de la société au vieillissement. Il vise à anticiper la perte d’autonomie des travailleurs indépendants âgés de 60 à 80 ans. En France, les plus de 60 ans représentent environ 45 % des dépenses de soins. Or, 10 % d’entre eux sont dépendants et ont des dépenses de santé trois fois plus élevées que les autres (source DREESS, août 2013). PARI vise à agir avant le stade de dépendance avérée.


PARI a d’abord été expérimenté en Poitou-Charentes. Nous avons conçu un outil d’aide à la décision, ARIAN permettant de déterminer le niveau de fragilité des personnes âgées et de les orienter vers un parcours adapté. Dix caisses du RSI se sont ensuite portées volontaires pour implémenter le projet. 


L’innovation est passée, tout d’abord, par le croisement des données (sociales, médicales, économiques et environnementales) du système d’information du RSI. Le traitement des données nous a permis de définir un indicateur de fragilité et de graduer le risque de perte d’autonomie en quatre niveaux. Les personnes de niveaux de risque 1 et 2 faisaient l’objet d’un suivi dans la durée. Les personnes de niveau de risque 4 étaient identifiées en dépendance avérée, et sortaient ainsi du cadre préventif. Seules les personnes repérées en niveau 3 (risque fort de perte d’autonomie) se voyaient offrir une offre de services d’accompagnent (fiches d’aides, bilan dentaire, bilan médical, auto-questionnaire…).


L’innovation a résidé, également, dans la mobilisation d’une équipe pluridisciplinaire à différentes étapes du projet. Pour la gestion des données : un chef de projet, un architecte, un développeur, un statisticien, un médecin conseil, deux référents « Action sociale et CMU » et « Prévention ». Pour le projet pilote dans les caisses : un médecin conseil, deux référents « Action sociale et CMU » et « Prévention ». Nous avons également travaillé avec un économiste spécialisé en économie sociale de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES).


Enfin, nous avons travaillé en mode projet en mettant en place des cycles de développement et de décision très courts selon les principes de la méthode agile.

 


 «Deux ans après l’obtention du prix, quel bilan en tirez-vous et quelle suite a été donnée à votre projet ?»


Avec PARI, nous avons développé un dispositif de prévention innovant permettant de : fournir des données socio-économiques au médecin traitant pour favoriser une prise en charge personnalisée ; favoriser le maintien à domicile de nos ressortissants en agissant sur la prévention ; maîtriser les dépenses. C’est un dispositif éprouvé qui a été généralisé à l’ensemble des caisses du RSI en janvier 2017. 


J'ai été récemment contactée par une personne de la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) qui souhaiterait reprendre la méthodologie et le projet. Tout organisme gérant un ensemble de données santé, retraite et actions sociales est en capacité d’appliquer le dispositif. Sa flexibilité permet une évolution avec peu de contraintes. Pour les autres organismes, il conviendrait de construire un dispositif qui récupère et croise les données afin de générer un indicateur de fragilité.